Portez-vous bien

Portage salarial pour travailleurs indépendants, cadres consultants & entrepreneurs
01 84 17 77 73
L’évolution du travail à l’ère numérique – 7

Dans mon livre, L’individualiste hyperconnecté – Individualisme et technologies conduisent-ils au totalitarisme ? (éditions l’Harmattan 2018), j’analyse l’impact de l’individualisme sur différents aspects de la vie individuelle et collective. Je montre en quoi les technologies viennent renforcer les tendances individualistes et je m’intéresse au futur. Si individualisme et technologies se font la courte échelle, vers quelle sorte de société est-on en train d’évoluer ? Mon apport est de décrire cette liaison individualisme – technologies et de montrer qu’ils conduisent à augmenter le risque totalitaire. Je vous laisse découvrir pourquoi et comment le faire baisser en lisant mon livre.

 

Revenons au monde du travail ; l’erreur est de croire que les technologies sont à l’origine des bouleversements du travail : si les technologies ont un tel succès, c’est qu’elles répondent aux attentes des personnes et des entreprises. Elles sont un levier qui rendent possibles de nouvelles formes de travail, en particulier le travail indépendant, de nouvelles organisations et manières de fonctionner, qui répondent aussi aux aspirations actuelles : les individus cherchent plus d’autonomie, plus de flexibilité, plus de sens et veulent choisir ceux avec qui ils travaillent ; les entreprises cherchent l’agilité, la souplesse et l’expertise au bon moment.

 

Le travailleur individualiste entretient avec l’entreprise une relation nouvelle, ni sentimentale et long terme, ni contractuelle et court terme. La fin du contrat à vie n’est pas un problème dès l’instant que le marché du travail est assez dynamique. La fin du fort sentiment d’appartenance n’est pas un problème si la convivialité et les conditions de travail sont bonnes. La fin des structures pyramidales n’est pas un problème dès l’instant que les objectifs de chacun et le sens collectif sont clairs. Les intérêts des individus et ceux des entreprises pourraient converger vers ce type de relations. Ces nouvelles libertés et marges de manœuvre arrangent les deux parties. On est donc entré dans le « donnant – donnant » entre employeurs et employés ou entre entreprises et travailleurs indépendants, mais un « donnant – donnant » qui prend en compte des aspects qualitatifs (sens, convivialité, ambiance de travail) autant que contractuels (autonomie, rémunération et durée du contrat, tâche à réaliser).

 

L’individualisme a donc fait une entrée fracassante dans le monde du travail ; combiné aux technologies, il offre d’énormes perspectives aux travailleurs indépendants.